Gilles Ferland

Fonctionnement d'un moulin à vapeur

Personne

Intérêt patrimonial

La famille Ferland est propriétaire d’un moulin à vapeur, datant de 1880, depuis quatre générations. Le savoir-faire quant au fonctionnement et l’entretien de ce moulin se transmet de génération en génération. Le moulin dessert la population locale en moulée ou en bois depuis plusieurs générations. Gilles Ferland, actuel propriétaire, y scie des lattes de bois.

Description de la pratique, du savoir ou du savoir-faire


Jusqu'aux années 1980, le moulin à vapeur de la famille Ferland fonctionnait à l'année. Pendant de nombreuses décennies, le moulin sciait à plein régime durant la période hivernale et, au retour de la saison estivale, le moulin se consacrait davantage à moudre les grains pour en faire de la moulée. Durant ces années, plusieurs employés y travaillaient. Depuis que Gilles Ferland a pris la relève de son père, il fait seulement fonctionner le moulin durant l'été afin de scier son propre bois et de répondre aux demandes de la population d'Issoudun. Gilles Ferland scie principalement du cèdre, du pin et du bois franc. Avec l'arrivée des nouvelles technologies, le moulin à vapeur de Gilles Ferland n'est plus concurrentiel. Construit en 1880, le moulin à vapeur n'a jamais été modifié, il fonctionne de la même façon qu'à la fin du 19ème siècle. Le bâtiment et la machinerie sont toujours d'origine. Par conséquent, le moulin à vapeur de Gilles Ferland est encore aujourd'hui actionné par un effet de bouilloire, soit à l'aide d'un grand réservoir d'eau. Le réservoir d'eau est rempli à même le puits de Gilles Ferland au moyen d'une pompe. Un four situé directement en dessous du réservoir fait alors bouillir l'eau. Le feu du four est alimenté par les résidus du sciage, les copeaux de bois. Au moment où l'eau bout, la vapeur qui s'en dégage produit une pression qui actionne les poulies et la machinerie du moulin. Il faut un minimum de 80 livres de pression pour activer le moulin. Lorsque la pression atteint environ 125 livres, niveau de pression jugé dangereux, la valve de sécurité s'ouvre pour permettre à la vapeur de s'évacuer à l'extérieur par deux petits tuyaux installés sur la bâtisse. Sur le toit du moulin, on trouve aussi une immense cheminée laissant la fumée s'échapper. Devenu très vieux, le moulin doit être mis en marche tous les étés. S'il est mis hors fonction pendant quelques années, Gilles Ferland craint que son moulin soit incapable de se remettre à fonctionner. Lorsqu'il scie du bois dans le moulin, Gilles Ferland doit toujours travailler avec une autre personne. Tandis qu'il scie le bois, l'autre alimente le feu. Gilles Ferland doit détenir un permis pour mettre en marche le moulin à cause des risques liés à son fonctionnement. Le moulin à vapeur est situé à l'arrière de la maison familiale de Gilles Ferland. Bâtisse d'origine, le moulin n'a jamais été modifié au fil des décennies. À cause de son âge avancé, la bâtisse est très endommagée et nécessiterait des rénovations majeures dans les prochaines années afin d'assurer son fonctionnement futur.


Apprentissage et transmission


Provenant d'une famille de quatre garçons, Gilles Ferland et ses frères ont grandi à l'intérieur du moulin à vapeur. Le père de Gilles, Paul Ferland, n'a jamais eu besoin de montrer à ses fils le fonctionnement du moulin et le sciage du bois. Ayant passé de nombreuses heures dans le moulin dès leur plus jeune âge, les garçons ont appris par imitation en regardant leur père travailler. En vieillissant, les quatre garçons ont passé plusieurs étés au moulin. Toutefois, en vieillissant, seul Gilles a continué à travailler auprès de son père au moulin. Étant donné que Gilles Ferland doit toujours travailler avec une autre personne lorsqu'il scie du bois, il a appris à quelques amis à faire fonctionner le moulin. Gilles Ferland espère aussi transmettre ses connaissances à sa femme qui pourra l'aider au moment de scier ainsi qu'à ses deux filles qui souhaitent apprendre les rudiments du moulin familial dans les prochaines années.

Historique général


Le moulin à vapeur est construit par Honoré Ferland en 1880 à Issoudun. Le moulin est par la suite transmis à son fils Herménégil, qui le transmet à son tour à son fils, Paul Ferland. La quatrième génération prend la relève en 1991 lorsque Gilles Ferland achète le moulin de son père. Quelques années plus tard, en 2006, Gilles Ferland achète aussi la maison familiale. Il est alors revenu s'installer dans son village natal, Issoudun. Il travaille dans l'industrie du meuble à Laurier-Station. Il est marié et père de deux filles. Le moulin de la famille Ferland est probablement l'un des derniers moulins à vapeur toujours en activité. La plupart des moulins à vapeur du Québec ont disparu à l'arrivée du diesel sur le marché. Pour sa part, Gilles Ferland continue de se battre pour maintenir en activité son moulin centenaire malgré les nombreuses difficultés financières que cela comporte. Au 20ème siècle, les principaux clients du moulin étaient les agriculteurs de la région. Maintenant, Gilles Ferland scie principalement son propre bois et parfois celui des villageois d'Issoudun.


Sources

  • Nom du facilitateur ou des facilitateurs : Maude Redmond Morissette
  • Date d'entrevue : 2007-06-28
  • Nom de l'indexeur ou des indexeurs : Maude Redmond Morissette

Sons

Photos

Facebook

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel a été rendue possible grâce à l’appui de nos partenaires.

  • Logo - Conseil québécois du patrimoine vivant
  • Logo - Chaine de recherche du Canada en patrimoine ethnologique
  • Logo - Musée québécois de culture populaire
  • Logo - Société Québécoise Ethnologie

© 2018 Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique, Université Laval