Stéphane Potvin

Pêche blanche

Personne

Intérêt patrimonial

La pêche blanche est une pratique traditionnelle exercée dans différentes régions du Québec, dont au Saguenay. Elle s’effectue notamment sur les glaces de la Baie des Ha ! Ha ! depuis les années 1960. Stéphane Potvin témoigne de cette pratique qu’il a initiée dans cette baie. Sur ces glaces, il transmet le savoir-faire lié à la pêche, hérité de sa mère, à ses enfants, ses petits-enfants et à ses amis.

Description de la pratique, du savoir ou du savoir-faire


Cabane de pêche de Stéphane Potvin © IREPI

La pêche blanche sur les glaces de la Baie des Ha! Ha! au Saguenay n’est plus un secret pour Stéphane Potvin. Il est l’un des premiers à installer une cabane sur la glace de la baie aux environs de 1961. Sa cabane est faite de bois monté pièce sur pièce. Avant de commencer sa saison de pêche, il mesure régulièrement la glace afin de déterminer si l’épaisseur est sécuritaire. Lorsqu’il va au large, Stéphane Potvin attache une corde le reliant à sa motoneige et perce des trous dans la glace au-devant de celle-ci afin d’en vérifier l’épaisseur. Selon lui, l’épaisseur considérée comme sécuritaire pour un homme seul est de trois pouces. Lorsque la glace sur la baie est assez épaisse, un tracteur vient chercher la cabane et la porter à l’endroit choisi. La saison de pêche blanche débute en décembre et se termine avec la fin mars, voire même durant la fin de semaine de Pâques. Une fois la cabane installée, il faut faire les trous. Par le passé, les outils n’étaient pas encore aussi développés qu’aujourd’hui. On pouvait prendre jusqu’à vingt minutes pour percer un seul trou. On utilisait une hache pour le plus gros de l’ouvrage et on terminait à la main ou avec une mitaine. Stéphane Potvin parle aussi d’une tranche à glace spécialement fabriquée par un forgeron du coin.
L’emplacement la cabane est choisi selon le type de poisson que l’on désire pêcher. À l’époque, il y avait environ 7 à 8 sortes de poisson pêchés, soit la truite, la morue, la plie, la raie, le turbot, l’anguille de roche et la lycode de mer. Les techniques de pêche sont différentes selon les espèces de poisson. Ainsi, l’éperlan se pêche au bord de la rive durant les deux heures que dure le « baissant » et le « montant » de la marée. Pour la pêche à la morue, Stéphane Potvin utilise des lignes de 50 à 60 pieds de longueur. Il y accroche de gros hameçons avec un éperlan en guise d’appât. On peut parfois laisser trainer les lignes à l’eau pendant 24 à 48 heures avant de venir vérifier s’il y avait une prise. Pour la pêche en eau profonde, il utilise de grosses lignes plongées de 125 à 150 pieds de profondeur. Afin de pouvoir utiliser plusieurs lignes, les pêcheurs confectionnent des brimbales à l’aide de branches d’arbres fixés à la glace sur lesquelles ils laissent leurs cannes à pêche, elles aussi attachées à la glace. L’équipement et les techniques de pêche ne sont pas très adaptés. Les cannes à pêche ne sont pas adaptées pour le fort courant du large ni pour les profondeurs abyssales de la baie. Il n’est pas rare de voir une ligne partir sous la glace, tirée par les poissons.


Apprentissage et transmission


Stéphane Potvin sur les glaces de la Baie des Ha ! Ha ! © IREPI

Stéphane Potvin a toujours pêché. Il se rappelle avoir sorti de l’eau son premier poisson en 1957, c’était une lycode de mer. Dès son jeune âge, il pêche avec sa mère au bout du quai de Saint-Alexis-de-Grande-Baie. C’est d’ailleurs auprès de sa mère qu’il apprend les rudiments de la pêche. Avec sa canne à pêche maison faite d’une branche d’aulnes ou d’un petit sapin ébranché, sa mère enseigne les techniques de pêche. Cependant, Stéphane Potvin a lui-même développé diverses techniques. Lorsque ses deux fils ont été en mesure de le suivre sur la glace, il les a initiés à la pêche sur glace. Il leur a donc transmis ses techniques de pêche sur glace. Il a aussi amené ses petits-enfants avec lui sur la baie, mais ceux-ci ont moins d’engouement pour cette pratique.

Historique général


Stéphane Potvin © IREPI

La pêche blanche sur la Baie des Ha! Ha! est une pratique fortement ancrée dans les habitudes hivernales des gens de cette localité. Plus de 700 cabanes se retrouvent sur les glaces durant la saison hivernale, ce qui prouve l’importance de cette pratique pour la population locale. Vers le début des années 1960, c’est-à-dire à l’époque où Stéphane Potvin et ses amis ont popularisé la pratique, les gens qui pêchaient sur la baie avaient tous des cabanes. Cependant, certains utilisaient des matériaux autres que le bois pour leur construction, tel que de la toile de polyéthylène. Les cabanes étaient alors majoritairement faites de plastique et de carton et étaient plutôt de petits abris.
L’influence de la lune était prise en compte par les pêcheurs. Les meilleures périodes de pêche précèdent la pleine lune. Cependant, la pleine lune n’est pas bonne pour la pêche à cause de son influence sur les marées. À cette époque, une importante population de bélougas vivait dans les eaux du Saguenay, ce qui entrainait un équilibre des ressources marines. Avec le déclin de cette population, les stocks de poisson ont augmenté et les pêcheurs ont commencé à pêcher du sébaste. La pêche de ce poisson a débuté au milieu des années 1970. De nos jours, il s’agit de l’un des poissons les plus pêchés sur le Saguenay. Le sébaste se caractérise par sa couleur rouge flamboyante et ses gros yeux exorbités, dus à l’important changement de pression lors de la remontée. On retrouve diverses espèces de poissons dans les eaux du Saguenay : turbot, morue, flétan, lycode, éperlan, truite de mer et sébaste pour ne nommer que ceux-ci. Au tout début de la pêche sur glace dans le Saguenay, aucun chenal de bateau n’était ouvert durant l’hiver. Cela assurait la stabilité de la glace pour les pêcheurs et leur permettait d’aller beaucoup plus au large. Les gens se déplaçaient partout sur la rivière aussi bien en camionnette aussi qu’en motoneige. Le premier brise-glace est arrivé en 1963, ce qui limite les déplacements des pêcheurs sur la glace. Les vagues occasionnées par le passage des navires fragilisent la glace. Vers les années 1980, les pêcheurs se sont regroupés en petites associations. Ces dernières avaient pour objectif d’aménager et d’entretenir les accès à la baie et d’offrir des services aux pêcheurs. C’est à partir de cette époque que les premiers villages de pêche blanche ont commencé à se créer. Stéphane Potvin, né en 1938 à La Baie à Ville Saguenay, a occupé le poste de directeur général de l'une de ces associations.


Autre localisation

  • Quartier : Saint-Alexis-de-Grande-Baie Saint-Alexis
  • Paroisse : Saint-Alexis
  • Arrondissement : La Baie

Sources

  • Nom du facilitateur ou des facilitateurs : Anne-Marie Royer et Mathieu Allard
  • Date d'entrevue : 2010-02-21
  • Nom de l'indexeur ou des indexeurs : Mathieu Allard

Fiches associées

  • Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne inc.

    Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne inc.
    Guy-Paul Brouillette a développé un intérêt pour la pêche aux petits poissons des chenaux alors qu'il travaillait pour la GRC (Gendarmerie royale du Canada). Il a débuté comme pourvoyeur en 1966. Guy-Paul Brouillette prendra bientôt sa retraite et souhaite trouver quelqu'un pour le remplacer [...]
  • Pêche blanche sur le Lac Saint-Jean

    Pêche blanche sur le Lac Saint-Jean
    Au Lac Saint-Jean, la pêche blanche est un savoir-faire qui se transmet au sein du milieu familial depuis plusieurs générations. Par exemple, Gaétan Perron a appris à pêcher à l’âge 5 ans. Il suivait son père au bout du quai de Saint-Prime. Il utilise encore [...]
  • Pêche blanche sur le Saguenay

    Pêche blanche sur le Saguenay
    Les techniques de pêche sont transmises de génération en génération. Tous les pêcheurs rencontrés provenaient de la ville de Saguenay. Ils ont appris les techniques de pêche de leurs proches parents. De plus, la plupart d’entre eux avaient également dé [...]
  • Pêche sur glace au lac Abitibi

    Pêche sur glace au lac Abitibi
    La transmission de la pêche blanche se fait principalement au sein même de la famille. Raymond Gingras a par exemple appris à pêcher à ses enfants alors qu'ils étaient jeunes. Parfois, le cercle de transmission s'élargit puisque que Raymond Gingras a lui-même appris de Maurice Leloup, [...]

Sons

Photos

  • Cabane de pêche de Stéphane Potvin © IREPI
  • Stéphane Potvin sur les glaces de la Baie des Ha ! Ha ! © IREPI
  • Stéphane Potvin © IREPI
  • Une prise hivernale © IREPI
  • Stéphane Potvin dans sa cabane de pêche © IREPI

Facebook

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel a été rendue possible grâce à l’appui de nos partenaires.

  • Logo - Conseil québécois du patrimoine vivant
  • Logo - Chaine de recherche du Canada en patrimoine ethnologique
  • Logo - Musée québécois de culture populaire
  • Logo - Société Québécoise Ethnologie

© 2017 Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique, Université Laval